Jōshin ou « l’âme du bâton »

 Tout comme l’arbre dont il est issu, le bâton est vivant. Il a une histoire, une âme, une sensibilité, un message à transmettre…
Instrument simple et humble, il est un symbole présent dans de nombreuses cultures.

Le bâton a de multiples représentations, formes et longueurs.
Pour certains, il symbolise la simplicité, le dépouillement, la relation à la terre, l’intuition, la créativité, la fertilité.
Pour d’autres, il est le signe distinctif de la dignité et de la puissance, un symbole de pouvoir, de sagesse ou l’insigne du commandement et de réussite, que ce soit dans le domaine ecclésiastique, militaire ou civil.

Dans le Tarot, il est associé à l’énergie créatrice.
Présent dans l’image du « Mat », il symbolise le guide sur le chemin vers l’indépendance.

Dans la tradition amérindienne, il est celui qui transmet le droit et l’invitation à la parole.

Dans la Cabale, le bâton est relié à l’énergie de la lettre « Reish », à la richesse du coeur et l’abandon de l’égo.

Ancré dans la terre, il fait jaillir le feu.
Il est le symbole unifiant l’arbre de vie et l’arbre de la connaissance.
Il est l’axe cosmique qui délimite le temps et l’espace, autour duquel s’articule l’univers, autour duquel tourne la roue cosmique des réincarnations, des morts et résurrections.

Le bâton est à l’image de l’arbre et de l’homme, il est celui qui unifie le ciel à la terre, les hommes à Dieu. Il symbolise la « non-dualité ».

L‘ordre  d’importance: « Ten Jin Chi »
L’ordre de la réalité: Chi Jin Ten.
Depuis la base, pour atteindre le ciel , après avoir réglé tous les problèmes humains.
P.Krieger

Le pèlerin s’appuie sur son bâton, comme le disciple s’appuie sur les conseils de son Maître.
Fidèle compagnon qui l’accompagne et le soutien sur sa route quotidienne, il est celui qui sonde son chemin et le protège des mauvaises rencontres.

« L’homme sans bâton, est celui qui a égaré l’usage du sens des règles et des valeurs qui, reliant les membres d’un groupe social apaisent les rapports entre individus. Notre langue a même prévu un terme pour désigner celui qui ne possède pas ou qui a perdu l’appui d’un bâton. L’homme sans soutien devient cet exclu portant le beau nom d’ « im-bécile« . Comme l’indique la présence du préfixe privatif : « in », il est celui qui ne dispose plus du soutien du « baculum » (bâton). Il agit sans la force des valeurs morales qui soutiennent l’homme libre, comme le bâton soutient le marcheur ».

En Chine, on dit du bâton qu’il est « la mère de toutes les armes », car il fut la première arme utilisée depuis la nuit des temps.

Le roi Jinnaluo et son bâton

Dans l’école traditionnelle Shintô Musô Ryû, le bâton (Jô) nous ouvre les portes de la voie (Dô) .
(voir l’enseignement de Shintô Musô Ryû)

(Pour plus d’histoires sur le bâton...Centre de Recherche sur la Canne et le Bâton.)

Jōshin DōjōCalligraphie Pascal Krieger

Après l’obtention à Paris du Sandan et d’un certificat d’enseignement (CFEB), Luc Quaglia fonde Jōshin Dōjō à Bâle en 2011.

Les premières années à Bâle seront consacrées à la pratique de « Sete Jō« . Après différentes rencontres avec la Fédération Européenne de Jōdō, dirigée par Pascal Krieger , en 2014, Luc rattache officiellement Jôshin à la FEJ et demande à Yves Galley d’être le référent FEJ officiel pour Jôshin dans l’étude de l’école traditionnelle Shintō Musō Ryû .

Shintō Musō Ryu Jō
par Pascal Krieger

Enso
 
Remerciements

Jōshin voudrait saluer et remercier chaleureusement tous ceux et celles qui nous enseignent et nous guident dans notre pratique.
Ceux et celles qui perpétuent l’existence et la transmission de notre ryu.
Ceux et celles qui nous soutiennent et nous aident dans l’organisation de nos entrainements et dans la vie du dojo.
Ceux et celles, qui avec nous, partagent ces moments de vie et d’étude, et avec lesquels nous avons le plaisir de nous entrainer régulièrement.

Et plus particulièrement:

  • Pascal Krieger, pour la générosité de son enseignement, sa sagesse et ses calligraphies qui nous accompagnent et nous inspirent dans notre pratique.
  • Michel Ducret, pour son enseignement, sa bienveillance et ses venues à Bâle pour animer certains de nos stages.
  • Yves Galley, pour son enseignement et sa disponibilité envers Jôshin comme référent direct au sein de la FEJ.  Yves anime régulièrement nos Gasshuku Bâlois .
  • Véronique Daniels, qui nous aide au quotidien et veille sur le groupe avec tant de bienveillance.

     

    Jōshin Dōjō
    fait partie de l’associationAssociation Dô
    46/48 Clarastrasse,
    4058 Basel, Suisse.