Joshin Dojo Basel

Des principes d’entrainements aux arts martiaux, mais aussi des principes de vie qui nourrissent le corps, l’âme et nous guident sur la voie.

Des calligraphies et des explications de Pascal Krieger.

Un grand merci à Pascal de nous permettre l’utilisation de ses superbes calligraphies!
« Ce qui n’est pas donné est perdu. »
P . Krieger


Satsu Jin Tô. Katsu Jin Ken

« Le sabre qui tue. Le sabre qui donne la vie »

L’explication:
« Dans toutes les disciplines martiales, on s’intéresse d’abord à l’adversaire, à l’efficacité, pour réaliser progressivement que celui qu’il faut vaincre réside en nous-mêmes.
C’est en cela que le sabre finit par donner la vie. »

 

 

 


Ki Ken Taï Ichi

« L’énergie, le sabre et le corps ne font qu’un »

L’explication:
« Que ce soit dans n’importe quel mouvement, ces trois éléments ne doivent faire qu’un.
Une recherche constante d’harmonie entre l’énergie, le physique et le corps étranger (sabre, bâton, adversaire). »

 



Isshin

« Un seul coeur »

L’explication:
« 
Un principe très japonais. Quand on attaque, on le fait avec tout son coeur.
Pas le temps de feinter, d’hésiter, on se lance corps et âme avec son Shinai(sabre de bambou).
Un principe que l’on retrouve dans toutes les disciplines martiales japonaises. »

 

 


Man Dô Ichi (no) Gotoshi

« Dix milles voies ne font qu’une »

L’explication:
« 
Que l’on utilise son corps, un sabre,un bâton ou un couteau, les principes fondamentaux sont identiques (distance, timing, utilisation de l’énergie, centrage, etc) même s’ils doivent être adaptés à la situation. »

 


 

 

 

Také (wa) Yuki (wo) Yadosazu

« Le bambou ne garde pas la neige »

L’explication:
« La branche du bambou plie sous le poids de la neige, puis celle-ci finit par glisser et la branche se redresse. Une image peut-être poétique, mais d’une efficacité redoutable quand elle est appliquée judicieusement. »

 


 


Jû Yoku Go (wo) Sei (suru)

« Sois conscient de ta souplesse et tu maîtriseras ta force »

L’explication:
« Comme le jour n’est définissable qu’avec la nuit, la force n’a pas de sens sans la souplesse.
Jouer avec ces deux extrêmes: tout l’art est là. »